L'association AAFoM

Histoire de la FORGE de MONTAGNEY

En l'absence de documents d'archives, il est difficile de fixer la date exacte de la construction du haut fourneau et de la forge de Montagney. Mais il est vraisemblable que leur création date du dernier quart du XVIIe siècle, qui vit une floraison d'établissements sidérurgiques dans le val de l'Ognon.

Après la conquète de le Franche-Comté par les troupes françaises (1674), la politique belliqueuse de Louis XIV ne peut qu'encourager la prospérité des établissements qui assurent l'approvisionnement en munitions de guerre de ses armées. Et Montagney, qui fabrique notamment des boulets de canon, reçoit en 1689 l'autorisation officielle de fonctionnement prescrite par les ordonnances de Colbert.

Cette même année 1689, la seigneurie de Rougemont, dont dépend la forge, passe dans la famille de LA BAUME MONTREVEL, par le mariage de Marie-Françoise de POITIERS avec le marquis Charles-Antoine de LA BAUME

En 1710, l'usine comporte, outre le haut-fourneau, une forge d'affinage, un martinet, deux patouillets pour le lavage du minerai, une halle à charbon de bois et divers batiments annexes : magasins, logement des ouvriers ainsi qu'une écluse et un pont. Cinq roues hydrauliques assurent le fonctionnement de l'ensemble.

En 1748, Montagney, réputé por sa fabrication de munitions, livrera aux arsenaux de Louis XV plus de 14 000 boulets de canon de 5 calibres différents.

En 1789, à la veille de la révolution, la Forge est dirigée par Nicolas GAUTHIER, fondateur d'une des plus célèbres familles de maîtres de forges comtois, dont un des fils, Joseph, sera surnommé "le Napoléon des Forges". C'est à Montagney, dans l'ancien pavillon de chasse des CHOISEUL LA BAUME, devenu résidence du maître de forge, que naît, le 11 juin 1789 Claire-Charlotte-Dorothée, dite Clarisse. Elle épousera le marchand drapier bisontin François VIGOUREUX et sera la première discipline féminine du père des phalanstères Charles FOURIER. Belle-mère et collaboratrice de Victor CONSIDERANT, chef de l'école fouriériste à partir de 1837, elle accompagnera son gendre et sa fille au Texas, où ils fonderont, en 1854, le phalanstère "la Réunion" sur les bords de la Red River. Après l'échec  de cette  expérience, CONSIDERANT s'installe à l'ancienne mission espognole de la Conception, près de  San Antiono au Texas, où Clarisse meurt le 13 Janvier 1865.

En 1808, le marquis de GRAMMONT, achète l'usine de Montagney, dont le haut-fourneau est arrêté depuis plusieurs années. Il reconstruit l'ensemble des bâtiments et, avec les pierres provenant des ruines du château de Rougemont,il refait également le barrage, qui devient le plus haut de  l'Ognon avec 2m80.

En août 1820 l'ensemble est amodié à Joseph Gauthier, le "Napoléon des Forges", qui rallume le haut fourneau. Montagney compte alors 7 roues hydrauliques, un haut fourneau, un patouillet, un feu d'affinerie, un marteau à drome, un four à recuire à chaleur perdue et 5 bobines de tréfilerie. Le minerai provient de petites minières à ciel ouvert exploitées dans les villages environnants ( Bouhans, Cognières, Thiéffrans...). L'une de ces exploitations est visible non loin de la forge , sur le revers de la côte. Mais le haut fourneau utilise surtout le minerai oolithique en roche qui est extrait des mines de Rougemontot et de Rognon.

En 1836, Montagney expérimente l'emploi de bois verts dans son haut fourneau. Le résultat étant décevant, on récupère alors la chaleur perdue du fourneau pour assurerle séchage du bois vert et ce bois dessèché est ensuite mélangé au charbon de bois pour l'affinage de la fonte.

E 1840, à son apogée, l'usine emploie 84 ouvriers , qui viennent de Montagney mais aussi de Cognières, de Montferney et des villages voisins. Avec les femmes et les enfants   ainsi que les emplois annexes (rouliers qui transportent le charbon, le minerai et les produits finis), ce sont sans doute plus de 300 personnes qui vivent alors de la Forge.

Le déclin commence en 1842, en raison de difficultés d'approvisionnement en combustiblen  (charbon et bois) et sous l'effat de la concurrence de la Lorraine et de l'Angleterre. La Forge  de Montagney, amodiée entre temps aux frères DUCHON, cesse son activité en 1850. Devenue propriété de la famille de MERODE , qui la possédera jusqu'en 1934, elle est reconvertie en moulin en 1854.

En 1921, les frères PETITJEAN,  du moulin de la Rouchotte à Thiéffrans,  installent une usine éléctrique à l'ancienne forge et en 1922 le courant est distribué depuis Montagney à 25 communes sur les  deux rives de l'Ognon. Cette usine hydroélectrique sera rachetée par la Société des Houillères de Ronchamp en 1947, à la veille de la nationnalisation et de la création d'EDF.